Accueil Belgique Politique

Le niveau en maths chute encore dans le secondaire

Seuls 53,5 % des élèves de deuxième secondaire ont réussi en juin. Le score moyen est de 50,6 %. Et pourtant, les questions auraient été simplifiées cette année, affirme une spécialiste.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 3 min

Les vacances sont-elles bien méritées pour les élèves qui viennent de terminer leur deuxième année secondaire ? Voire. Les résultats provisoires du CE1D, qui couvrent environ 90 % des élèves viennent d’être publiés. On ne peut pas vraiment parler de triomphe. Cet examen est imposé à la fin de premier cycle du secondaire. En cas de réussite, l’élève passe automatiquement en troisième secondaire. En cas d’échec, si l’élève a démontré ses capacités durant le reste de l’année, le conseil de classe peut l’admettre dans l’année supérieure.

C’est en mathématiques que les résultats sont les plus préoccupants. Le taux de réussite est seulement de 53,5 %. Et le score moyen plafonne, lui, à 50,6 %. Autre élément préoccupant, c’est le plus faible résultat de ces cinq dernières années. Il faut remonter à 2011 pour trouver un taux de réussite aussi bas.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Deloie Pierre, mardi 2 août 2016, 10:37

    Et si on en revenait aux mathématiques traditionnelles telles qu'on les enseignait dans les années 60? On les a remplacé par les maths modernes et depuis lors, tout va de pis en pis... Mais on est moins ringards...

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 2 août 2016, 23:51

    Actuellement le slogan à la mode est "les situations-problèmes" . Dans le primaire elles consistent en des applications simplistes de la vie courante qui se résolvent en 2 ou 3 opérations et non en "vrais problèmes" qui demandent un raisonnement rigoureux tels ceux que l'on faisait à longueur d'années en 5° et en 6° primaires avant les maths modernes.

  • Posté par De Maertelaere Maïté, mardi 2 août 2016, 10:05

    Si on proposait aux élèves des exercices concrets et applicables au quotidien plutôt que des théorèmes compliqués dont ils n'auront plus aucune utilité une fois sortis de l'école... Certains ont la bosse des maths d'autres non, et l'école n'en tient pas du tout compte. Personnellement, je garde un souvenir assez traumatisant des cours de math...

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 2 août 2016, 23:13

    Les problèmes concrets qui dépassent le cadre simpliste du primaire demande une bonne connaissance des maths formelles . Par exemple déterminez la hauteur d'un monument à l'aide de 2 projecteurs placés de part et d'autre de celui-ci.

  • Posté par Mazzoleni Renato, mardi 2 août 2016, 12:17

    ....la faute de la maladie est au thermomètre....

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs