Accueil Société

Médecine: le concours-boucherie tangue

Le Conseil d’Etat est très critique face à l’établissement des quotas de médecins. L’ensemble du dispositif pourrait s’effondrer. Pour les étudiants, l’incertitude augmente.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Saisi en extrême urgence, le premier auditeur du Conseil d’Etat, après avoir entendu ce vendredi matin les plaidoiries des avocats de huit étudiants en médecine de l’Université de Liège, s’est prononcé en faveur d’une suspension du classement du concours de fin de première année en médecine. La décision du Conseil d’Etat devrait tomber encore avant le 15 août. La chambre du Conseil d’Etat suit l’avis de son auditeur dans l’écrasante majorité des cas. Surtout quand, comme c’est le cas ici, elle s’est déjà prononcée négativement sur la qualité de l’établissement des quotas de nombre d’étudiants en médecine. L’auditeur n’est pas tendre, estimant le quota fédéral « bancal ». Pour l’arbitre légistique suprême, la pléthore invoquée pour étrangler le nombre de médecins en formation ne résiste pas aux faits : partout en Belgique, il y a au contraire des pénuries de médecins.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs