Accueil Belgique Politique

Quand le vent vient de droite, les socialistes s’abritent

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Après une semaine de passes d’armes très dures autour de la question du racisme, le président des socialistes flamands affirme sa ligne : pas de débat frontal, œil pour œil dent pour dent avec les rois du propos qui pique, la N-VA. « Nous voulons le dialogue, ne créons pas des polémiques alors que les problèmes s’amoncellent. » Mais on sent aussi une certaine amertume du leader socialiste face à la teneur du débat public, fait de propos définitifs et souvent porteurs sur les questions de sécurité et d’intégration, dans un contexte où la population est inquiète. Un phénomène pas assez contenu pour John Crombez. Par la presse, d’abord, en défaut de démonter le discours radical lorsqu’il est fallacieux. Et par le Premier ministre, aussi, qui faillit à son devoir de faire taire la N-VA quand elle s’en prend « aux fondements démocratiques. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs