Accueil Opinions Éditos

Vingt ans n’ont pas suffi à faire oublier Dutroux

En été 1996, la Belgique découvre le visage du «monstre» dont le parcours criminel va bouleverser sa police, sa justice et libérer la «parole citoyenne».

Édito - Journaliste au service Forum Temps de lecture: 3 min

Vingt ans après, le sentiment d’une blessure infectée persiste. Le 15 août 1996, Laetitia et Sabine ont été retrouvés à Marcinelle. Vivantes. Mais la joie a été de courte durée. Deux jours plus tard, la Belgique effarée apprend que Julie et Melissa sont mortes de faim dans des conditions épouvantables. Quelques semaines encore et les cadavres d’An et Eefje sont découverts.

Un homme est au cœur de ces rapts et de ces morts abjectes : Marc Dutroux. Ce voyou devenu assassin va inspirer un dégoût universel, synthétiser l’accusation de tous ceux qui estiment que l’Etat belge et ses structures ont failli. C’est la fin de l’insouciance des Trente Glorieuses et le commencement d’une vaste remise en question qui aura ses bénéfices et ses errances.

On se souvient de l’extraordinaire volatilité des émotions qui emplirent l’été 1996. La nausée, la sidération, la haine. Tout cela était là, macérant sans qu’on le sache. Et c’est un fait divers odieux qui a poussé toute une population à déverser son écœurement, à dire à ses dirigeants qu’elle ne voulait plus de cette Belgique en trompe-l’œil. Ce sera la Marche blanche, le mouvement citoyen. Un sursaut d’âme qui, bien que passionné, livré à l’amateurisme et parfois à l’opportunisme, forcera le monde politique à revoir la place de l’homme dans la cité.

Une rupture ? Une refonte en tout cas

Il y a un avant et un après-Dutroux. Comme sans doute il y aura une Belgique de l’avant et de l’après-Daesh. Une rupture ? Une refonte en tout cas qui a conduit à une autre police, une autre justice, un autre regard sur la place de l’enfant dans la société. Tout cela reste bien sûr perfectible, mais nul ne peut nier le travail qui fut accompli alors.

Un chantier reste toutefois à revoir de fond en comble : la détention et la réinsertion des criminels. La crise des prisons qui a compliqué la vie du gouvernement Michel au printemps dernier n’est pas qu’une affaire d’argent et de conditions sanitaires. Elle souligne aussi l’incapacité de l’Etat à traduire utilement le message de la justice. Chaque détenu amer et insuffisamment entouré qui retrouve la liberté est une bombe en soi.

Vingt ans. Le moment est peut-être venu d’aborder ces années noires en laissant les passions de côté. C’est le vœu émis par ceux qui voudraient retracer l’histoire de cette époque sans avoir à subir l’influence des différents camps qui se sont affrontés sur les causes et les responsabilités. C’est aussi avec cet objectif qu’a été rédigé le supplément que nous consacrons aujourd’hui à l’arrestation de Marc Dutroux et à ses conséquences.

Cet article exclusif est proposé gratuitement sur Le Soir+

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Léonard Jean-luc, samedi 6 août 2016, 16:08

    Grâce à la suppression de la peine de mort, il sera libre un jour. C'est rassurant, du point de vue de la rédemption des criminels qui est le rêve absolu de notre société bisounoursoïde. Libéré, il sera tout à fait en mesure de recommencer, avec l'atout décisif de son expérience. Il serait temps d'armer les petites filles.

  • Posté par Ruwette Daniel, dimanche 7 août 2016, 10:51

    Tellement d'accord avec vous ...

  • Posté par Jonckheere Jean-françois, samedi 6 août 2016, 13:04

    Vingt ans d'effort...? Pour "achever" sciemment un pouvoir judiciaire qui était déjà bien malade ainsi que l'avait fait apparaître l'affaire...

  • Posté par Vandevelde , samedi 6 août 2016, 12:53

    La Photo à la et une est inutile. Vous faites une Star d'un voyou

  • Posté par Mine , samedi 6 août 2016, 10:53

    ce n´était sans doute pas nécessaire de publier la photo de Dutroux à la une de votre Journal. C´est choquant .

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une