Accueil Société

Attaque à la machette à Charleroi: «Un acte de l’ordre de l’intime»

Pour le criminologue Pierre Thys, le recours à l’arme blanche est à la fois primitif et « physique ». Entretien.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 4 min

Par-delà l’économie de moyens mis en œuvre, les attaques à l’arme blanche, qui se multiplient ces derniers temps, nous disent-elles quelque chose de la psychologie des terroristes qui passent à l’acte de la sorte ? Nous avons posé la question au criminologue Pierre Thys, professeur honoraire de l’Université de Liège.

L’attaque à la machette de Charleroi rappelle celle, toute récente, du train de Wurtzbourg, en Bavière, ou l’assassinat du couple de policiers de Magnanville, dans les Yvelines, au mois de juin. Comment interpréter ce modus operandi ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Léonard Jean-luc, dimanche 7 août 2016, 23:30

    Il est exact que le dernier en date des génocides du vingtième siècle a été commis au Rwanda avec des machettes. Lesquelles ont fait au moins 3 fois plus de morts que les bombes atomiques de Hiroshima et de Nagasaki. Le contrôle des armes à feu est donc à remettre en question sous nos latitudes.

  • Posté par Guissard Jean-pierre, dimanche 7 août 2016, 17:53

    Pourquoi chercher une explication intellectuelle à un acte posé par un humain de niveau primaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs