Accueil Sports Autres sports Jeux olympiques

Goegebuer: «L’haltérophilie reste gangrenée par le dopage»

Ce sport souffre d’une réputation peu flatteuse, voire carrément désastreuse.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Il est arrivé dare-dare au Brésil, convié en ultime minute suite à la disqualification d’athlètes russes. Serein, simplement heureux de s’immerger une troisième fois dans l’ambiance olympique, après Pékin et Londres. Doyen de la sélection belge, Tom Goegebuer (41 ans) a vécu ce dimanche sa dernière aventure internationale. Plutôt agréablement : sous les yeux du Roi Philippe, le Gantois a soulevé 241 kilos de fonte (111 à l’arraché et 130 à l’épaulé-jeté), une performance certes en deçà de son record national mais qui lui permet de terminer 6e du groupe B.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Jeux olympiques

JO d’hiver à Pékin: Bart Swings, le destin en or d’un surdoué de la glisse

La Brabançonne a résonné au Palais des médailles, quelques heures avant que la flamme olympique cesse de réchauffer le Nid d’oiseau. Champion olympique de mass start, Bart Swings a écrit, samedi à Pékin, l’une des plus belles pages du sport belge. Les lames du Louvaniste, aiguisées par des années de travail acharné, ont dessiné sur l’anneau de glace la voie de sa consécration.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs