Accueil Société

Attaque à Charleroi: «Khaled Babbouri n’a bénéficié d’aucun logement social»

A Farciennes, là où l’agresseur des deux policières carolos vivait, personne ne le connaissait. Il ne fréquentait pas non plus la mosquée locale. Barroubi semble être un fantôme. Reportage.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le doute n’est pas possible. À l’entrée de la rue Ry de la Glacière, dans une cité sociale de Farciennes, la maison occupée par Khaled Babbouri est facilement réparable. Ciblée par deux perquisitions ces derniers jours, la porte d’entrée n’est plus qu’une planche de bois et les scellés apposés par la police barre les portes du garage et de l’entrée arrière. À l’intérieur, tout est sens dessus dessous. Dans le voisinage, c’est toujours l’incompréhension, voire la confusion. Personne ou presque ne connaissait l’auteur de la double agression à la machette contre les policières de Charleroi. Pas plus d’ailleurs que son frère, propriétaire de la maison depuis 2011.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs