Accueil

La pole dance: des boîtes de strip-tease aux salles de sport

La pole dance, discipline ultra-technique à l’esthétique sensuelle, perd progressivement son aura érotique et devient une discipline sportive à la popularité croissante. Une bonne idée pour éviter le coup de barre de la rentrée.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Un mercredi soir de fin d’été, dans un studio de danse, avec parquet en bois clair et miroir au mur, sur de la musique tantôt jazzy, tantôt punchy, une jeune femme au corps ferme, en brassière et shorty noirs, effectue une chorégraphie acrobatique autour d’une barre fixée entre sol et plafond. Elle clôture le cours débutant qu’elle vient de dispenser à quatorze élèves – treize filles, un garçon – enthousiastes et amusés. Elle, c’est Aurélie Delvaux, 31 ans, à la tête de l’école Pole Dance Belgium. Depuis ses débuts voici quatre ans, cette structure affiche un succès croissant : de quelques élèves dans une salle communale d’Enghien au départ, elle en compte 400 aujourd’hui, répartis sur quatre sites, en Wallonie et à Bruxelles. C’est une évolution à l’image de la popularité grandissante de la discipline, dissociée aujourd’hui de son image érotique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs