Accueil L’archive

L’archive du jour : 11 août 2014

Robin Williams s’en va sur une grimace tragique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Il portait un prénom fleurant bon la forêt de Sherwood. Souffrait du plus beau des syndromes – celui de Peter Pan. Avait l’apparence, animée par Disney, d’un «génie» jailli des mille et une nuits. Semblait vivre dans un mystérieux cercle, capitaine entouré de poètes disparus – Walt Whitman, Shakespeare, Thoreau, Shelley...

Dans la nuit de lundi à mardi, on a appris que Robin Williams a définitivement rejoint le cercle de ces glorieux amis. En trouvant refuge dans le cocon qu’il préférait: celui des rêves. L’acteur américain, qui traversait une profonde dépression et s’était à de nombreuses reprises battu contre la drogue et l’alcool, avait 63 ans. Selon les premiers éléments de l’enquête, il se serait suicidé. Il a été retrouvé pendu avec une ceinture et avait un poignet entaillé. Sa mort brutale n’est pas dans rappeler celle de Philip Seymour Hoffman, victime il y a six mois d’une surdose d’héroïne.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en L’archive

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs