Accueil La Une Belgique

Des centaines de Belges épiés via des caméras de surveillance piratées

Les images captées par des caméras de surveillance sont diffusées sur un site russe.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 2 min

Des centaines de Belges pourraient être épiés via des images de caméras de surveillance privées diffusées illégalement sur le site web russe Insecam.org. Le secrétaire d’État en charge de la protection de la vie privée Philippe De Backer (Open VLD) juge la situation préoccupante et entend faire intervenir la Computer Crime Unit de la police fédérale, rapportent vendredi Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Le site web en question représente une mine d’or pour les voleurs et kidnappeurs qui peuvent observer les habitudes de leurs victimes potentielles à travers les images diffusées sur le site. Ces dernières, qui proviennent de caméras de surveillance privées, montrent une petite centaine de lieux en Belgique, comme des jardins privés, des cafés ou encore des bureaux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lejeune Joseph, vendredi 12 août 2016, 11:36

    Le titre de l'article est erroné : ces caméras de surveillance ne sont en aucun cas piratées. Leur propriétaire ont soit laissé le mot de passe par défaut du constructeur, ou (pire) supprimé le mot de passe. Comment s'étonner d'une intrusion intempestive si on laisse la clé sur la porte ou si l'on ne ferme pas celle-ci. La sécurisation des appareils connectés à Internet est largement négligée par les utilisateurs… Le site shodan.io en répertorie bien plus encore.

  • Posté par Hauzeur Kevin, vendredi 12 août 2016, 9:41

    Dans la plupart des cas le soucis vient du mot de passe administrateur qui est resté celui par défaut du constructeur. Un tour dans le manuel permettra à chacun de changer celui-ci et de mettre fin à l'espionnage.

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs