Accueil Monde France

Charlie Hebdo porte plainte après de nouvelles menaces

Le journal satirique a notamment reçu des messages d’insultes ainsi que des menaces d’un nouvel attentat.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Le journal satirique Charlie Hebdo a porté plainte jeudi contre X après avoir reçu de nouveaux messages d’insultes et de menaces de mort sur sa page Facebook. L’enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, rapportent vendredi plusieurs médias et sites d’informations français.

L’hebdomadaire a reçu depuis le début de l’été une soixantaine de messages d’insultes, certains allant même jusqu’à le menacer d’un nouvel attentat.

Les menaces auraient débuté après la une du 13 juillet, juste après l’Euro 2016, qui affichait un Antoine Griezmann – la star montante de cette équipe de France – assimilé à un vibromasseur, entouré de supporteurs l’encourageant à les faire : « vibrer ! ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Segers Joseph, dimanche 14 août 2016, 18:53

    on est arriver a avoir peur de dire tout tout ce

  • Posté par Coquette Franz, vendredi 12 août 2016, 15:45

    OK c'est fort! Mais chez nous bramins d'arabes nous traitent de racistes...! Mais chez eux (dans leurs pays) ils trouvent qu'ils y à trop d'étrangers, 85 % des sondés en Turquie ! A méditer en vue intégration possible.....! GG

  • Posté par Lhoest Roger, vendredi 12 août 2016, 13:45

    Ca s'écrit comment, "contre X", en arabe ?

  • Posté par Mathieu Jean-philippe, vendredi 12 août 2016, 13:23

    Surtout ne pas céder! La liberté d'expression, signe de la démocratie, qui met si souvent le doigt où cela fait mal doit être défendue et n'oublions les paroles de Georges Washington : "Si la liberté d’expression nous est enlevée alors, muets et silencieux, nous pourrons être conduits à l’abattoir comme des brebis."

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs