Accueil Société Santé

Médicaments à risque: un logo pour protéger les femmes enceintes

Le valproate, utilisé contre la migraine et l’épilepsie, aurait provoqué des milliers d’enfants malformés ou autistes. La députée Fonck veut un logo de mise en garde sur les boîtes. Les victimes belges demandent un vrai recensement des conséquences.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

C’est un coup de tonnerre : alors que l’on pensait encore il y a peu que des cas de malformations dues à l’emploi de valproate ne se comptaient que par dizaines, un nouveau rapport confidentiel de l’Agence française du médicament estime qu’en 7 ans, plus de 10.000 femmes enceintes auraient pris ce médicament. Avec des conséquences qui ne sont pas encore correctement estimées. Mais de source concordante, la France s’apprêterait à mettre sur pied un fonds d’indemnisation pour toutes les victimes. La charge des conséquences poursuit en effet toute leur vie certains enfants nés avec un lourd handicap. Cette grossière sous-estimation pourrait aussi concerner la Belgique, où l’emploi des mêmes médicaments a été similaire durant les années concernées. Mais, jusqu’ici, seuls 15 cas de malformations ont été dénombrés dans notre pays.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs