Accueil Société

Marc Dutroux, le pervers isolé qui a occulté la pédophilie «ordinaire»

Vingt ans après Dutroux, la pédophilie fait désormais partie du langage courant. Personne n’ignore plus les actes qu’elle désigne. Mais est-on plus armé pour la combattre, voire pour la soigner ? En d’autres termes, les enfants de 2016 sont-ils mieux protégés ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Il y a exactement 20 ans, le 13 août 1996, celui qui deviendra l’homme le plus honni de tout un royaume était enfin arrêté. Incarnation du monstre, le « prédateur d’enfants », Marc Dutroux, entrera à cet instant simultanément dans l’histoire belge, pour en constituer l’un des épisodes les plus sombres et un traumatisme collectif inédit, mais aussi au sein de chaque foyer. Et, avec lui, un terme – jusqu’alors réservé au jargon psychanalytique –, une vision d’horreur, l’angoisse par excellence des parents de 96 et des suivants : la pédophilie. Vingt ans plus tard, est-elle mieux détectée, appréhendée, traitée ? Les enfants de 2016 sont-ils, finalement, mieux protégés, que ne l’étaient ceux de 1996 ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs