Accueil Culture Musiques

Lorenzo Di Maio inaugure superbement le Gaume Jazz

Jacky Terrasson et Stéphane Belmondo en demi-teinte avec Majid Bekkas.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 4 min

C’est banal, évidemment, mais à Rossignol, dans le superbe écrin de verdure du Gaume Jazz, vendredi, on ne parlait que de ça : de la météo. Je vous avoue qu’après s’être gelé les os au Brussels Summer Festival en écoutant Hyphen Hyphen et Tindersticks sur la place des Palais jeudi soir, bénéficier d’un temps clément et, surtout, ne pas être douché, vendredi soir au Gaume, c’était une bénédiction.

Excellence musicale

Cette météo bienfaisante, qui s’accompagne de soleil, ce samedi matin, au moment où j’écris ces lignes, n’est cependant pas la seule bonne nouvelle de ce début de festival. La vraie bonne nouvelle, c’est l’excellence de la musique que nous ont offerte Lorenzo Di Maio et son groupe. J’avais déjà écouté le premier album du guitariste belge, Black Rainbow, qui sera dans les bacs des disquaires en septembre, mais sur scène, sa musique prend des dimensions exceptionnelles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs