Accueil Économie

L’expert | Patrick Schifflers: «Il ne faut pas enterrer trop vite le Blanc-Bleu»

Le patron de la fédération belge de la viande explique pourquoi les vaches Blanc-Bleu belges peuvent concurrencer les entrecôtes étrangères tout en estimant que le traditionnel taurillon que l’on trouve en grandes surfaces pourrait retrouver son public.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

L’élevage des vaches Blanc-Bleu pour proposer de la viande de qualité supérieure ne date pas d’hier. Le cahier des charges pour la Bleue des prés, la marque du grossiste en viande GHL, à Aubel, dans le Pays de Herve, date des premières années du millénaire. Son administrateur délégué, Patrick Schifflers, par ailleurs président de la Fédération belge de la viande, estime cependant que le marché est prêt à passer à la vitesse supérieure.

Qu’est-ce qui a motivé des éleveurs à engraisser des vaches Blanc-Bleu en modifiant profondément leurs techniques d’élevage ?

Dès le départ, l’objectif était de proposer une alternative locale aux viandes plus goûteuses qui viennent de loin. Et parfois de très loin.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Impôts: le covid s’immisce de nouveau dans la déclaration

Vous avez effectué des heures supplémentaires durant la crise sanitaire ? Vous avez reçu un chèque-consommation de votre entreprise ? Une série de mesures temporaires liées au covid se retrouvent dans votre déclaration 2022.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs