Accueil Belgique

La fraude sociale des djihadistes

La traque des terroristes passe aussi par la lutte contre la fraude sociale commise par ceux-ci. Décryptage.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Lors de sa mercuriale de rentrée, le procureur général de Bruxelles Johan Delmulle a révélé mardi que depuis le mois d’octobre 2014, la police fédérale de Bruxelles a passé à la loupe les dossiers de 78 djihadistes pour détecter d’éventuelles fraudes sociales. Quatorze de ces dossiers révèlent la perception indue d’allocations de chômage pour un montant de 64.115,83 euros. Dix-huit ont par ailleurs révélé le versement d’allocations familiales indues pour un montant de 19.042,21 euros. M. Delmulle a déploré que « certains CPAS importants de Bruxelles ne coopèrent pas avec les parquets et évitent même d’échanger des informations ». Le CPAS de Bruxelles « ne souhaite pas pour l’heure commenter cette déclaration », mais confirme que l’écueil réside dans l’application des normes légales en matière de secret professionnel, auquel les agents des CPAS sont tenus.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs