Accueil Économie

l’UCM : les PME refusent d’être les dindons de la farce

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Les petites et moyennes entreprises soutiennent bec et ongles une baisse significative du taux nominal de l’Isoc. L’Union des classes moyennes (UCM) plaide pour le ramener à 25 %, en supprimant la déduction des intérêts notionnels.

Elle se dit prête à laisser tomber progressivement la déductibilité des intérêts notionnels, sous sa forme actuelle : « Il serait beaucoup plus intéressant d’imaginer une formule d’intérêts notionnels calculée non plus en fonction de leurs capitaux mais de la création d’emplois », suggère Philippe Godroid.

Le patron de l’Union des classes moyennes justifie la revendication des PME pour des raisons d’équité. « Le taux effectif moyen de l’Isoc se situe à 23 % chez nous. Un taux supérieur au taux réduit accordé aux PME dont ne bénéficie, de surcroît, que la moitié (57 %) d’entre elles. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs