Accueil Culture

Pukkelpop jour 2 : Beat génération

Vendredi, pas question de se laisser couler. Tel le Capitaine Igloo qui vient de valser par-dessus bord, on tend ses petits bras vers une hypothétique bouée… Rien de mieux que quelques « habitués » pour vous tirer au sec.

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 3 min

Les mecs de Sleaford Mods, quand on les retrouve sur scène, on a toujours l’impression de les avoir quittés la veille. Andrew reste planté derrière son laptop, bouteille dans une main, un doigt de l’autre pour cliquer et lancer la série de beats suivante. Jason, l’animal énervé, balance ses commentaires socio-humoristico-acides en circulant sur son mètre carré. Dingue ce que ce mec arrive à faire passer avec et dans sa voix. Y compris quand elle chipe un petit fifrelin d’accent à celle de John Lydon. Il s’excuse pour le Brexit et s’en va postillonner de plus belle. Pas de « Jolly fucker » sur la setlist, mais bien « Tiswas » et « Jobseeker ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Delaf: «Je voulais que le lecteur retrouve le Gaston de Franquin»

Marc Delaf ne s’était pas encore exprimé sur la reprise de Gaston. Il nous dévoile pour la première fois les secrets de fabrication des nouveaux gags sur lesquels il travaille depuis quatre ans. L’artiste québécois défend le bien-fondé de cette recréation décidée par Dupuis et à laquelle s’oppose la fille d’André Franquin.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs