Accueil Belgique

«Pour rien au monde je ne retournerais à Bagdad»

Devant l’Office des étrangers, quelques demandeurs d’asile racontent leur périple et pourquoi ils ont fui leur pays. Témoignages.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Les Irakiens arrivent en tête des demandeurs d’asile présents au parc Maximilien en face de l’Office des étrangers, à Bruxelles. Ils relatent unanimement le chaos causé par l’extrémisme religieux et la forte circulation d’armes dont profitent les réseaux de trafic d’humains. Rencontres avec ces hommes et ces femmes venus de l’autre côté des frontières.

Des kilomètres parcourus

« Pour tout vous dire, ma femme est coiffeuse pour dames. Un jour, elle a reçu des femmes vêtues de voile intégrale. Elles l’ont avertie que ce qu’elle faisait était illicite. Le maquillage permanent serait pêché. Quelques jours plus tard, on a mis le feu au salon pour non-conformité avec la Sharia », raconte un Irakien, la quarantaine, père de quatre enfants.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs