Accueil Culture Musiques

Toots, le «soul» pleureur du jazz

La Belgique perd le premier de ses ambassadeurs, le musicien belge le plus célèbre du monde du jazz. Hospitalisé depuis quelques semaines suite à une chute, Toots ne s’est pas réveillé ce lundi matin. Portrait.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Avec Jean-Baptiste « Toots » Thielemans, c’est à la fois son Manneken Pis, son Atomium et sa « Brabançonne » que perd le pays. Cette Belgique de papa, d’avant la régionalisation, qu’il revendiquait et illustrait à merveille. Personne n’oubliera d’ailleurs sa prestation télévisée en plein Mundial de football à Mexico, en 1986, quand il reprit l’hymne national son harmonica dans une main, un petit drapeau belge agité vigoureusement de l’autre main.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs