Accueil Opinions

L’avis des experts: «Ces photos, je les aurais prises et publiées»

Diffuser des images brutales, choquant ? Peut-être, mais nécessaire.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Grandes famines en Afrique, séisme en Haïti, guerre du Vietnam… Autant de tragédies qui ont donné lieu à des photographies brutales que de grands médias ont fini par publier parce qu’ils estimaient qu’il en allait de leur devoir d’informer. Les clichés mis en lignes ces dernières heures par des quality papers britanniques – des cadavres d’enfants échoués sur le littoral turc – sont de cette veine-là : des photographies très dures que des médias ont fini par publier pour illustrer « des situations que les mots ne suffisent plus à décrire », comme l’explique François Heinderyckx, professeur de sociologie des médias à l’ULB.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs