Accueil Sports

Fifagate: Jack Warner demandait un million par vote

C’est ce qu’a révélé Eddine Helal, ancien ministre égyptien de la Jeunesse et des Sports, à l’AFP.

Temps de lecture: 2 min

L’ex vice-président de la Fifa Jack Warner, l’un des principaux accusés dans le scandale de corruption visant l’instance internationale du football, avait demandé 7 millions de dollars à l’Egypte en 2004, en échange de sept voix pour le Mondial 2010, a assuré dimanche à l’AFP un ex-ministre des Sports égyptien.

«  C’était Warner, au sein de la Fifa, qui nous avait approchés, il nous avait dit qu’il pouvait nous assurer sept votes et il avait demandé un million de dollars pour chaque vote », a précisé dimanche à l’AFP Aley Eddine Helal, alors ministre égyptien de la Jeunesse et des Sports. «  Notre décision a été de ne pas tomber là-dedans », a conclu l’ex-ministre.

Pas de pot-de-vin, pas de vote

L’Egypte, l’un des pays qui domine le football africain, était candidate à l’organisation de la Coupe du monde 2010. Mais en 2004 elle n’avait finalement recueilli aucune voix lors du vote au sein de la Fifa qui avait attribué ce Mondial à l’Afrique du Sud.

Selon M. Helal, Jack Warner avait rencontré aux Emirats Arabes Unis Youssef el-Dahshori Harb, alors président de la Fédération égyptienne de football, et c’est à cette occasion que celui qui était alors le président de la Concacaf (Confédération d’Amérique du Nord, centrale et Caraïbes) avait proposé sept voix en échange de sept millions de dollars.

«  Nous n’avons payé aucun pot-de-vin, c’est la raison pour laquelle nous n’avons recueilli aucun vote », a confirmé à l’AFP dimanche M. el-Dahshori Harb, qui assure avoir rencontré pour la première fois Jack Warner en 2003 au Qatar lors d’une assemblée générale de la Fifa. C’est là que le vice-président de l’instance internationale lui aurait proposé une rencontre.

«  Je l’ai (re)vu aux Emirats Arabes Unis et il a proposé de devenir le consultant de l’Egypte en Amérique latine et en Europe, parce qu’il avait de bons contacts là-bas », a expliqué M. el-Dahshori Harb à l’AFP.

«  Il voulait sept millions de dollars pour sept votes et a dit qu’il ne voulait pas cet argent pour lui-même mais pour le développement du sport en Amérique latine », rappelle l’ancien président de la fédération égyptienne, répétant qu’il avait décliné l’offre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir