Accueil Opinions Cartes blanches

En finir avec le numerus clausus

La régulation du secteur médical pourrait s’opérer par l’organisation, selon une périodicité adéquate, de concours d’accès auxquels se présenteraient les médecins diplômés qui souhaitent exercer en qualité de prestataires de soins de santé dans le cadre de l’assurance obligatoire.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 5 min

Tous les étudiants en droit ne deviendront pas avocats.

Tous les étudiants en pharmacie n’ouvriront pas leur officine.

Tous les licenciés en notariat ne posséderont pas leur Étude.

Ils ne deviendront pas chômeurs pour autant : heureusement, l’Entreprise, l’Administration, l’Enseignement, la Recherche, d’autres encore, sont autant de domaines qui permettent à ces diplômés de valoriser leur formation et d’accomplir des carrières tout à fait intéressantes, voire prestigieuses, tant en Belgique qu’à l’étranger.

Il en va de même des diplômés de Médecine et c’est dès lors une lourde erreur et un contresens de limiter l’accès au diplôme par la voie d’un « numerus clausus » pour tenter de réguler une offre de prestations de santé pour la seule raison qu’elle est actuellement jugée excédentaire en termes de capacités financières de l’assurance soins de santé.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lavenne Eric, dimanche 28 août 2016, 13:25

    ..et tous les sinistres ne deviennent pas ministres ...etc etc Mais ,dans cet article, nous sommes au sommet de l'Everest , non de l'abstrait mais de l'aberration la plus explosive !!! Et pourquoi pas racheter "une charge de médecin" ? non peut être : encore une idée loufoque ,qui placera davantage d'huile sur le feu. Rien, Rien, Rien, vous ne saurez rien sur les numéros INAMI; Na! c'est ainsi ! Bref; si vous n'aviez pas encore compris on se moque de tous les avis NON INAMI

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs