Accueil Monde

Guatemala: privé d’immunité, le président corrompu a démissionné

Otto Perez dirigeait un réseau de pots-de-vin au sein des douanes. Les citoyens réclamant son départ ont gagné. Une brèche dans un pays où règne l’impunité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Au Guatemala, les militaires ont longtemps fait la loi, et surtout la guerre, et même un génocide, le tout dans une relative impunité. Mais des mois de mobilisation populaire ont finalement réussi à faire tomber le président Otto Perez Molina.

Ce général retraité, 64 ans, dirigeait le pays depuis 2012. Il avait promis, avant son élection, d’être l’homme à poigne qui allait remettre en ordre un pays mal en point, ruiné par la corruption et la violence. N’était-ce pas lui qui, en 1996, avait négocié puis signé au nom de l’armée les accords de paix qui mirent fin à 36 ans de guerre civile ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs