Accueil Belgique Politique

Marie-Martine Schyns, une bonne élève de la politique attendue au tournant

L’élue CDH prépare sa deuxième rentrée scolaire en tant que ministre de l’Enseignement. Si son style et son pragmatisme séduisent, les acteurs de l’école et de la politique attendent encore de savoir ce qu’elle a dans le ventre avec l’atterrissage du Pacte d’excellence. Portrait.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 9 min

Cette fois, ça y est presque : la cloche annonçant la fin de la récréation est sur le point de sonner. Les élèves préparent leurs cartables, les professeurs et directeurs ont des nouveaux projets plein la tête et la ministre de l’Enseignement s’apprête à passer son 1er septembre sur le terrain, dans deux écoles, à Assesse et à Auderghem.

Mais qui est vraiment celle que l’on a parfois qualifiée de « spécialiste de l’intérim CDH »  ? Par deux fois, elle est devenue ministre par second choix : roue de secours de Marie-Dominique Simonet en 2013 d’abord, démissionnaire pour des raisons de santé, et de Joëlle Milquet ensuite, inculpée tout récemment dans le dossier des collaborateurs engagés six mois avant les élections. Portrait en quatre actes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs