Accueil Société Régions Liège

La Fête de l’Aïd, version débrouille

Les capacités d’abattage ne pourront satisfaire tous les musulmans voulant célébrer la fête du sacrifice. Liège et Verviers limitent les risques de salubrité publique en reprenant les peaux et carcasses.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Ce 12 septembre, les musulmans célèbrent la fête de l’Aïd en sacrifiant un animal (souvent un mouton ou un bœuf) pour le manger en famille, en réservant une part aux personnes dans le besoin. Une fête de partage qui dépasse parfois le cadre familial, avec la présence des amis et voisins.

L’an passé, la majeure partie des musulmans de Belgique n’ont pas sacrifié de moutons suite à l’interdiction d’abattages temporaires, une mesure prise par le ministre wallon en charge du Bien-être animal Carlo Di Antonio (CDH) désirant respecter scrupuleusement une disposition européenne qui autorise les abattages rituels (sans étourdissement préalable) uniquement dans les abattoirs fixes. Du coup, pris de court, voire révoltés contre cette mesure, les musulmans ont préféré ne pas abattre d’animal, ce qui ne fut pas sans conséquences sur les éleveurs ou importateurs wallons de moutons.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs