«All the pretty little horses»: regards décalés sur la crise

«Tu ne cherches pas un tueur et c’est peut-être plus flippant parce qu’en fait tu te cherches toi-même», explique le réalisateur.
Cinéma
Entretien
Speranza Scappucci.
Cassol - couve
61u2ki68M3L._SL1200_
Le spectateur devient le réalisateur du concert qu’il voit sur son écran.
10918538-165
William Sheller: «J’ai été malade. C’était comme une mort initiatique. D’un coup, tu t’en sors, tu te réveilles et tu te dis: mais à quoi ça a servi tout ça?»
maxresdefault
couve Lloyd
FILES-US-IT-TWITTER-LIFESTYLE-DORSEY
Esther Abrami.
L’original de cette œuvre du créateur belge Stijn Orlans s’est vendu 2.900 euros.
A1d-uzAhPXL._SL1500_
03142021_cp-bey_201051-1020x934
Bénédicte Deprez (RTBF)
margaux vranken
AJ0664
«Oui, il y a une recherche sur le son. Moi, c’est tout ce que j’aime. On passe pour un avant-gardiste expérimental quand on cherche un truc un peu plus profond. »
d-20190727-3V8MF1 2020-07-02 10_20_21
Dans son studio de Wulpen, Ozar Henry nous fait écouter sa reprise inédite de «The End» des Doors en 3D. Un moment d’une intensité et d’une beauté inouïes.
Un couple emblématique d’une époque éprise de liberté et de pacifisme.