Accueil Société

Bernard Wesphael, le «ponte d’Ecolo» désenchanté

Les jurés des assises du Hainaut devront entendre le parcours de vie de l’ex-député accusé du meurtre de sa femme. Ses anciennes compagnes le croient incapable de commettre des violences.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 10 min

Bernard Wesphael aurait préféré d’autres biographes que ces policiers liégeois commis par la juge d’instruction Pottiez le 17 janvier 2014 à l’investigation « la plus complète et précise possible » sur le passé de l’ex-député Ecolo. La juge brugeoise invitait ces historiens judiciaires à «  entendre modestement les employeurs, formateurs ou instituteurs, voisins proches et la famille de l’inculpé ». Elle entendait, selon le phrasé parfois désuet du Code d’instruction criminelle, remonter «  le cours de la vie » de Bernard Wesphael, révéler ses «  caprices et excentricités », identifier sa « charge héréditaire ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs