Accueil Monde

Comment Kinshasa a chuté dans le précipice de la violence

Selon l’opposition, 50 personnes sont mortes dans des violences ayant éclaté à Kinshasa. 17 selon un communiqué officiel. Trois policiers figurent parmi les victimes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Le 19 septembre était considéré par la population congolaise comme une « date fétiche » : c’est le jour où la Commission électorale indépendante aurait dû convoquer l’élection présidentielle, trois mois avant l’expiration du mandat du président Kabila le 19 décembre prochain. Cette date est devenue un jour de deuil et de violence : selon un bilan « provisoire » officiel, 17 personnes sont mortes dans des violences ayant éclaté à Kinshasa, dont trois policiers. L’un d’eux a été brûlé vif par les émeutiers alors qu’il gardait le siège d’un parti présidentiel. Selon le ministre de l’Intérieur Evariste Boschab, certaines des victimes civiles étaient des pillards.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lambert Guy, mardi 20 septembre 2016, 13:01

    Kabila doit annoncer qu'il ne se représentera pas, c'est la seule façon de sauver le pays et de pouvoir prendre le temps d'organiser de vraies élections.

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs