Accueil Sciences et santé

Santé: le Wallon à peine plus gourmand que le Flamand

Pas de consommation débridée de la sécu par les Francophones. Lorsque l’on gomme les disparités, c’est même l’inverse qui se produit. Ou quand un mythe s’effondre.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

L’image du camion de billets flamands alimentant le peuple wallon avide d’argent public risque d’en prendre un coup… En tout cas pour ce qui concerne la prétendue propension francophone à vider les caisses de la sécurité sociale. L’Institut national d’assurance maladie invalidité (Inami) a publié récemment un intéressant rapport analysant, sous l’angle géographique, les dépenses de soins de santé. Le moins que l’on puisse écrire c’est qu’il donne l’occasion de réviser les idées préconçues dans ce domaine. « L’hypothèse d’une consommation débridée des Francophones s’écroule », assurent d’ailleurs le professeur émérite Denise Deliège et le professeur Etienne De Clercq (UCL). Le Centre d’information sur les professions médicales et paramédicales qu’ils dirigent au départ de l’École de santé publique de l’Université, s’est emparé de ce rapport de l’Inami pour l’analyser sous toutes ses coutures.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs