Flint, la crise sans fin

Donald Trump s’est mis en tête de séduire la communauté afro-américaine de Flint. Les habitants de cette ville au nord de Detroit vivent une crise qui n’en finit pas. L’eau courante est contaminée au plomb suite à des décisions calamiteuses de l’administration, ont-ils appris en 2014. Depuis, ils doivent boire et se laver avec de l’eau en bouteille.

Donald Trump a donc fait une récente apparition à la Bethel United Methodist Church, dans un quartier majoritairement noir. Mal lui en a pris. La révérende Timmons l’a interrompu alors qu’il se lançait dans ses diatribes. « Je ne vous ai pas invité pour faire un discours politique », a déclaré la révérend devant les caméras et un Trump interloqué.

Louis Holmes II devant sa maison, à Flint, Michigan. © David Haeberli
Louis Holmes II devant sa maison, à Flint, Michigan. © David Haeberli

Le jardin de Louis Holmes II donne sur le parking de l’église. « Mais j’étais dans le nord de l’Etat, ce jour-là », dit-il. Ce jeune homme de 28 ans, 8 enfants et 38 frères et sœurs, travaille dans le domaine de la construction. Il sillonne le Michigan au gré des contrats. Le spectacle des deux candidats à la présidentielle le laisse dubitatif. Il votera Clinton, pour son expérience. « Et Trump n’est même pas un bon businessman. » Ce qu’il aimerait, c’est que cette crise prenne fin : « Il ne fait pas bon vivre ici. Le taux de criminalité augmente, les emplois sont partis. » Quitter les lieux ? « Seulement quand mes enfants seront indépendants. » La dernière fille de Louis a deux ans.

 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous