Accueil Opinions Éditos

Le PTB qui monte, c’est le débat public qui descend

Le PTB est, actuellement, une sorte de bulle spéculative, qui vend du rêve à des populations souvent fragilisées sans se risquer à se mouiller pour les réaliser, ou si peu. Il faut retrouver un échange démocratique digne de ce nom.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 3 min

F aisons payer les riches », « Imposons la loi de la rue », « La colère surgira où on ne l’attend pas ». Voici ce qui, en 2016, fait vibrer un nombre sans cesse croissant de Wallons et de Bruxellois. Les résultats de notre sondage sont limpides  : en Wallonie, le PTB concentre désormais 16,3 % des intentions de vote. Et à Bruxelles 11,2 %. Dans les deux régions désormais, le PTB a dépassé deux partis modérés que sont le CDH et Ecolo. Et, à Bruxelles, Défi vient, pour la première fois, de subir le même sort.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par stals jean, samedi 2 septembre 2017, 17:28

    Non seulement le titre est malhonnête comme il est dit ci dessous dans un commentaire, mais il est l'exact reflet de ce que sont les médias tous supports confondus, quotidien de presse bien évidemment, dit sérieux ou dit de caniveau...Et le paradoxe des paradoxes, en première lecture, c'est qu'un plouc de mon espèce, qui dénonce à longueur de vie, ces médias, ces quotidiens de presse, propriétés d'une oligarchie de multi-milliardaires qui donnent à penser qu'Al Capone était en définitive un petit chanteur à la croix de bois, paye à la la société Rossel le droit de commenter des articles édités par Le Soir. La démocratie politique est un leurre absolu, et n'existe tous simplement pas sur notre planète. Sans l'argent des banques, sans l'argent des multinationales Hitler et le nazisme n'aurait jamais au grand jamais existé ni démocratiquement élu. la Société humaine d'aujourd'hui n'a pratiquement rien retenu des leçons du Passé, de tous les passés...C'est vrai que les méduses dépourvues de cerveaux ont jusqu'ici traversé 600 millions d'années...

  • Posté par unknown, samedi 2 septembre 2017, 16:55

    Le titre est plutôt désobligeant pour le PTB, et le contenu plus ambigü : "Seul ce réveil permettra de savoir qui est vraiment le PTB et ce qu’il peut apporter" suggère une approche rationnelle, mais mélanger le rejet qui va à gauche toute et celui qui va à l'extrême droite me semble peu adéquat : "faire payer les riches" est peut-être rêveur, "imposer la loi de la rue" est peut-être une rhétorique dangereuse, mais on peut y voir une demande légitime de partage des richesses et une demande d'écouter ceux qu'on entend le moins ("la rue"). Le repli sur soi, la xénophobie, et les autres maladies que l'extrême droite véhicule d'habitude ne devraient pas être mis sur le même pied. Pour en revenir au titre, il est peut-être lui aussi ambigü : est-ce le PTB qui fait descendre le débat public ou la descente du débat public (à cause des partis 'traditionnels' et leurs jeux politiciens) qui contribue à la montée du PTB ? On peut aussi penser que le titre étant mis en avant par Le Soir, il est décidé à plus haut niveau que les détails de l'article, et reflète ce que le journal pense convenir à ses lecteurs, sans doute plutôt classe moyenne, avec une certaine vision de ce que doit être le "débat public" et une crainte de toute forme de rupture par rapport à une continuité qui, au fond, ne lui convient pas si mal. De là a dire que je souhaite que le PTB dirige seul la Wallonie, il n'y aurait un grand pas que j'ai pas franchi... Mais le renvoyer dos à dos avec les extrêmes et populistes me semble trop simple, je préfère les passages de l'article qui suggèrent d'écouter ce que le PTB dit et, partant, s'interroger sur ce que d'autres partis pourraient en apprendre.

  • Posté par De Bilde Jacques, mardi 24 janvier 2017, 10:48

    Il serait peut-être temps de comprendre ce que disait Pierre Bourdieu en parlant du "Racisme de l'intelligence". D'une part il y a ceux qui savent et d'autre part il y a les 'ploucs'. Aujourd'hui, ceux qui savent, savent de moins :ils se trompent dans les sondages, les prévisions économiques... Et bien, nous les ploucs, on est pas si ploucs que cela. Et, comme le montre toutes les récentes affaires, on en a marre d'être "entubés" par les tenants qui s'accrochent à un système qu'ils contribuent à perpétuer alors qu'il coule de toute part. Comme le dit M. Onfray "la politique, c'est séduction, élection, trahison". Et bien, nous les ploucs, on veut que cela change. Et, comme le souligne un commentaire, il faut lire les propositions contenues dans le programme du PTB. Et, je dois avouer que, globalement, je les partage. Par ailleurs, ceux qui le représentent sont, par leur comportement, en phase avec leurs idées et connaissent notre réalité quotidienne parce qu'ils les vivent.

  • Posté par Lucas Danièle, vendredi 25 août 2017, 9:57

    Il semble que le PTB ait des trolls partout!

  • Posté par Petitjean Charles, vendredi 30 septembre 2016, 12:06

    Allez, un dernier petit coup pour la route ! Vous n'avez pas crié aux loups lorsque, en campagne électorale, Ch.Michel a juré ses grand dieux que jamais il ne gouvernerait avec la NVA. On sait ce qu'il en est advenu dans la logique du MR. Chez nous, on dit que "c'est une promesse d'ivrogne". Et chez vous ?

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs