Accueil Belgique Politique

Elio Di Rupo veut renforcer le poids des travailleurs dans l’entreprise

Le président du PS prône la mise en place d’un conseil des travailleurs au sein des entreprises.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Le PS souhaiterait insérer dans le droit belge une nouvelle forme d’entreprise. Au micro de Matin Première, Elio Di Rupo a présenté une nouvelle proposition : la mise en place, de manière volontaire, d’un conseil des travailleurs en parallèle au conseil d’administration dans les entreprises.

Selon lui, pour toute décision il faudrait alors obtenir la majorité dans chacun des conseils. Pas question donc d’intégrer les travailleurs dans le conseil d’administration : « je prône la codécision, un vrai conseil des travailleurs indépendant », a insisté Elio Di Rupo.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Stenuit Fernand, vendredi 30 septembre 2016, 19:29

    Il y a déja le conseil d'entreprise , le droit de grève mème sauvage , et maintenant , une co-gestion des entreprises ? Mais il rève notre Dixroupette . C'est au contraire, surtout en Wallonnie, qu'il faut favoriser l'entrepreneuriat , et pas soumettre les entrepreneurs au diktat des syndicats . Vraiment , il ne sait plus quoi inventer pour se faire remarquer...

  • Posté par Coquette Franz, vendredi 30 septembre 2016, 19:11

    Mr Di Rupo et si on faisait de tous les travailleurs des patrons et des employeurs des travailleurs déjà pour commencer on aurait plus besoin de syndicat donc plus de grèves, manif, cotisations, plus de bordel quoi....!Mais avec vos bonnes idées même à 66 ans il vous reste encore un an à travailler....! Parce que place aux jeunes! gg

  • Posté par Michiels-sudowicz , vendredi 30 septembre 2016, 9:41

    Bonne mère, si cela passe, c'est la fin ! Et dire que cet homme ne fut pas un mauvais Premier Ministre. Il vieillit mal, Monsieur di Rupo

  • Posté par Dumont Gerard, vendredi 30 septembre 2016, 15:43

    Oui, vous dites ce qu'il faut dire. Il n'a été bon PM que parce que c'était la voie obligée pour satisfaire un besoin de puissance particulièrement connu dans le Sud de l'Italie.

  • Posté par Monsieur Alain, vendredi 30 septembre 2016, 9:39

    Mr Di Rupo joue ici dans le même registre que le Mr Chastel lorsqu'il propose de nationaliser Caterpillar : c'est une utopie cauchemardesque (dystopie) qui renvoie à un collectivisme obsolète. On croirait entendre Mr Edebouw. Depuis quand, tout un chacun, dispose des qualités nécessaires à la conduite d'une entreprise ? Qui pourrait accepter d'investir en Belgique et, dans le même temps, d'en remettre le contrôle entre les mains de tiers ?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs