Accueil Économie

3.158 emplois supprimés chez ING: le secteur bancaire belge de plus en plus ébranlé

La direction a convoqué les syndicats pour un conseil d’entreprise extraordinaire lundi avant l’ouverture des marchés. Un vaste plan de restructuration international a été annoncé.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

C’est un silence qui en dit long. Depuis plusieurs semaines, la direction d’ING, réfugiée derrière la loi Renault, avait refuser à commenter le vaste de plan de restructuration international qui a été annoncé ce lundi matin, avant l’ouverture des marchés, en conseil d’entreprise extraordinaire. Le pire des scénarios s’est confirmé chez ING Belgique. On y a appris, de sources syndicales, que la filiale belge du groupe néerlandais a l’intention de supprimer, d’ici à 2021, 3.158 emplois.

La restructuration concerne aussi Record Bank, la filiale de banque directe. Les deux réseaux seraient intégrés et rationalisés : des 709 agences ING et des 500 agences Record Bank, 600 seraient à terme fermées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Hennaux Jean, lundi 3 octobre 2016, 10:37

    Les 'bienfaits' de la société numérique, de la digitalisation... et ce n'est encore rien à coté des ravages que la robotisation qui s'annonce produira dans le monde des agences de voyage, des 'administrations, des soins de santé et des hôpitaux. L'homme n'est déjà plus un moyen, un outil de production. Il ne sera même bientôt plus un moyen de consommation. Il est grand temps que les socialistes, syndicalistes et humanistes pensent à lui trouver une place, un devenir.

Aussi en Économie

Peut-on prolonger (davantage) le nucléaire en Belgique? Notre grand fact-checking

Les réacteurs belges sont confrontés à divers pépins (défauts d’hydrogène, résistance insuffisante à un séisme ou un crash d’avion) qui rendent boiteuse l’hypothèse d’une prolongation générale. Techniquement, la seule option qui tient la route si l’on décide de garder le nucléaire plus longtemps, c’est de prolonger de 20 ans et non de 10, Doel 4 et Tihange 3.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs