Accueil Société

Nadine Pirotton: «Véronique, il lui fallait un homme fort!»

Ce lundi, les proches de Véronique Pirotton sont venus évoquer la personnalité de la jeune femme. Et sa relation, vite déçue, avec Bernard Wesphael.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Leur père avait perdu ses deux frères dans un accident de moto. Il aurait voulu un fils. Il avait eu deux filles : Nadine puis Véronique qui la suivait de dix-huit mois. Est-ce ici que l’histoire commence ? Est-ce ici l’origine de la fêlure d’où sourdait toute cette souffrance ? Des témoins, comme la tante Lisette, le suggèrent.

A la naissance de Véronique, son père n’était même pas venu à la maternité, a-t-elle raconté ce lundi à la barre. A l’époque, il avait repris des études d’ingénieur « à Gramme ». Le ménage vivotait, ou crevotait, c’est selon, sur le petit salaire de l’épouse, institutrice débutante – « elle faisait les remplacements à droite et à gauche ». La cadette, les parents l’avaient d’emblée confiée à ses grands-parents maternels. Sa mère et Nadine lui rendaient visite le samedi et les deux sœurs se retrouvaient pour quelques heures. Le père, lui, restait à Liège. « Il buvait beaucoup », raconte Nadine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs