Accueil La Une Belgique

Immersion en abattoir, la mise à mort automatisée

Nous avons visité l’abattoir public de Liège qui produit aussi de la viande halal. Reportage.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au pôle Multimédias Temps de lecture: 4 min

Si on n’est pas habitué, la première chose qui frappe est l’odeur. Une odeur animale tout d’abord mais ensuite, c’est l’odeur ferreuse du sang qui pique les narines, une odeur que le cerveau ne tarde pas à identifier comme étant celle de la mort. Au-delà des effluves, c’est aussi la vision des vaches, pendues par un pied, la tête découpée et accrochée à la carcasse pour conserver la traçabilité de l’animal et le sang qui continue de s’écouler par les sterfputs (avaloirs) répartis un peu partout qui serre l’estomac. Enfin, c’est l’automatisation de la chaîne qui saute aux yeux. Il faut bien, puisqu’environ 400 bêtes par semaine terminent leur vie à l’abattoir public de Liège situé à Bressoux, en bord de Meuse. Ce jour, ce sont 110 bovins qui seront tués entre les murs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs