Accueil Monde Union européenne

1500 hommes pour renforcer les frontières de l’UE

Le Corps européen de gardes-côtes et gardes-frontières est né. Son objectif : ne plus laisser se développer les « failles » aux frontières extérieures.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Chef du service Monde Temps de lecture: 4 min

La crise politique intra-européenne, dont on n’a pas fini de mesurer les séquelles, avait démarré en mai 2015 lorsque la Commission européenne avait proposé de gérer le flux de réfugiés et autres migrants en les répartissant par quotas entre tous les États de l’UE. Mais sous la pression des opposants à ce système, le premier ministre hongrois en tête, l’approche de la question migratoire a été renversée : comme Viktor Orban l’avait réclamé depuis le début, c’est le contrôle des frontières qui est devenu l’alpha de la politique migratoire de l’UE. Si les « relocalisations » de réfugiés restent enlisées (5.000 sur 120.000 prévus), l’UE a été beaucoup plus rapide sur la création de son Corps européen de gardes-côtes et gardes-frontières (EBCG). Cette agence, qui n’est autre que l’ancienne agence Frontex boostée et rebaptisée, a été inaugurée à grand renfort d’autosatisfaction ce jeudi matin à Kapitan Andreevo, poste frontière bulgare assurant le trafic avec la Turquie, sept mois après que son projet a été mis sur la table.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Wilmes Jean-paul, vendredi 7 octobre 2016, 13:50

    1500 hommes supplementaire lisez le camp des saint de Raspail.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs