Accueil La campagne

Quand le très critiqué ex-leader du Ku Klux Klan vise le Sénat... grâce à Trump

Douze journalistes de six pays européens différents sillonnent l’Amérique avant les élections.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 2 min

David Duke est impopulaire dans sa propre ville. Dans la ville prospère de Mandeville (Louisiane), non loin de La Nouvelle-Orléans, lorsqu’on les interroge sur la campagne de l’ex-leader du Ku Klux Klan (KKK) aux élections sénatoriales de l’État de Washington, un homme rit, un autre profère des insultes et un troisième affirme ne pas être au courant. Ces réactions reflètent un sentiment généralisé : en août, quelque 82 % des votants indiquaient être contre David Duke, tandis que le Parti républicain s’opposait à sa candidature en soulignant qu’il s’agissait d’un « imposteur haineux ».

David Duke, 66 ans, fut membre du Congrès en Louisiane entre 1989 et 1992. Il a tenté de devenir gouverneur, sénateur et président des États-Unis. Sa toute dernière aventure politique se déroule à une heure où la candidature de Donald Trump, qui s’appuie sur le rejet de l’immigration et l’establishment, renforce politiquement les suprémacistes blancs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en La campagne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs