Accueil Économie

La Belgique cède concernant la taxe sur les transactions financières

A la lumière des conclusions du groupe de travail mis sur pied en juin dernier pour étudier cette question, le gouvernement belge a décidé que l’impact sur sa dette était acceptable.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

La Belgique a finalement plié, lundi soir, lors d’une réunion des ministres européens concernant la taxe sur les transactions financières (TTF).

Depuis plusieurs mois, elle plaidait pour une exemption de ce futur impôt européen de certains produits dérivés (les « swaps » et les « futurs »), craignant l’impact que cela pourrait avoir in fine sur le coût de sa dette publique. L’argument belge était en effet que ces produits dérivés étaient utilisés par les investisseurs pour se couvrir contre le risque lorsqu’ils achètent des obligations d’État. Mais puisque ces instruments représentaient quasiment les trois quarts des produits dérivés, les autres États participant au projet d’une TTF refusaient d’accorder ces exemptions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs