Accueil Monde

Tensions Russie-USA: de forts relents de guerre froide

Le ministre allemand des Affaires étrangères a lâché l’expression « guerre froide » en évoquant les relations entre l’Occident et la Russie. L’Ukraine et surtout la Syrie sont au centre des tensions. Mais entre mots et faits, des nuances s’imposent.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

L’expression est prononcée par des observateurs à Moscou comme à Washington : entre les deux grandes puissances, américaine et russe, la « guerre froide » serait de retour. Comme, si l’on ose dire, «  au bon vieux temps  » des Soviétiques, entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et les derniers râles de l’URSS en 1991.

On se souvient des éléments qui alimentaient alors cette non-guerre entre superpuissances : un profond conflit idéologique (capitalisme contre communisme), des appétits territoriaux générant des conflits locaux aux confins des zones d’influence - Vietnam ou Afghanistan, par exemple - et un équilibre de la terreur militaire reposant sur la dissuasion nucléaire (avec, en point culminant, la crise des missiles de Cuba d’octobre 1962 qui faillit dégénérer en conflit atomique mondial).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Christian Balis, mercredi 12 octobre 2016, 17:35

    Alep fiefs de daech ou pas ? Aucun massacre de population ne se justifie. Mm Clinton leur aurait vendue des armes. Alors c'est quoi ?

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs