Accueil Économie

Un tax shift «suédois» de 7,2 milliards. Vraiment?

Le PS conteste le chiffre avancé par le gouvernement : le glissement fiscal ne porterait que sur 1,7 milliard. Les Régions, dit-on, seraient mises à contribution pour 1 milliard. Décodage…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Le PS conteste le chiffre avancé par le gouvernement: le glissement fiscal ne porterait que sur 1,7 milliard. Les Régions, dit-on, seraient mises à contribution pour 1 milliard. Décodage…

1. «Le tax shift n’est pas de 7 milliards, mais de 1,7 milliard » (Ahmed Laaouej)

Le PS exclut du tax shift, d’une part, les baisses de cotisations sociales patronales – soit les 960 millions d’euros du pacte de compétitivité (lancé à la fin de la législature Di Rupo et confirmé par la suédoise), auxquels s’ajoute une enveloppe de 1,32 milliard dévoilée en juillet ; et d’autre part, diverses mesures favorables à la compétitivité (notamment aux PME). Or, pour les fiscalistes, un tax shift vise à réduire « les charges sur le facteur travail », qu’il s’agisse de l’impôt sur les personnes physiques (IPP) ou des cotisations patronales.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs