Accueil Opinions Éditos

Traité Ceta: une certaine logique fédérale

Le Ceta s’est invité sur la scène politique belgo-belge. Les francophones du pays tente de dégager une majorité pour empêcher la signature du traité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Le traité économique et commercial négocié par l’Union européenne et le Canada pose d’innombrables questions sur le modèle de société qui attend les habitants des pays signataires. Mais il s’invite aussi sur la scène politique belgo-belge.

Enquiquiner le gouvernement ?

Avec une question un brin moqueuse qui vient à l’esprit de ceux qui n’ont pas encore intégré toutes les subtilités des réformes successives de l’État belge : de quel droit la « petite » Wallonie et plus généralement les francophones de ce pays se permettent-ils de mettre en danger et peut-être de faire capoter un accord qui pèse des milliards d’euros et concerne des centaines de millions de personnes de part et d’autre de l’Atlantique ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Smeets Jacques, mardi 18 octobre 2016, 10:36

    Si il y a bien deux visions du monde qui s'opposent, il n'y a plus aucune raison de rester ensemble. Mettez donc fin à ce cirque, Messieurs les Politiques Wallons; cela fera quelques jobs de moins au Fédéral, mais ils pourront toujours rebondir sur l'Europe: avec tous ces anglais qui doivent partir, on l'espère, il va y avoir des opportunités. C'est le moment ou jamais.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs