Accueil Sports Cyclisme

Mondiaux de cyclisme: l’arc-en-ciel tant convoité au pays où il ne pleut jamais

Chez les juniors et les espoirs, un Scandinave s’est imposé ! Le paramètre de la chaleur ne serait-il qu’une excuse anticipée en cas d’échec ? En tout cas, elle ne fait pas peur aux Belges.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 7 min

La chaleur ? Un Norvégien chez les espoirs, un Danois, chez les juniors ont été sacrés champions du monde au bout d’un sprint massif mercredi et d’un bel effort en solitaire vendredi sur le circuit de Doha. Le paramètre de la canicule maintes fois exploré cette semaine, à bon ou mauvais escient semble donc davantage reposer sur un effet de manche, soit pour tromper l’adversaire, soit pour anticiper un échec et lui trouver une excuse directement liée à la météo. Quant au circuit, très technique, il peut être interprété autrement que sur la partition présentée par tous les ténors, celle du sprint massif.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cyclisme

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs