Charlotte Charles-Heep: «Chassepierre est unique en Europe»

Dans cet article
Chassepierre c’est un festival qui se fait avec les habitants du village, avec une programmation qui touche tous les publics.
Chassepierre c’est un festival qui se fait avec les habitants du village, avec une programmation qui touche tous les publics. - D.R.

Certains lui reprocheront d’être française, mais Charlotte Charles-Heep leur rétorquera que, oui, elle a grandi de l’autre côté de la frontière – à Sedan, à quelques kilomètres de Bouillon –, mais ça ne l’a pas empêchée de tomber toute petite dans la marmite de Chassepierre. Elle avait trois ans quand ses parents l’ont emmenée dans la Gaume découvrir cette insolite fête des arts de la rue bourgeonnant chaque été dans un petit village de pierre de 200 habitants. Elle en tombe amoureuse et y reviendra en 2010 pour faire son stage, en parallèle à ses études en arts du spectacle, et y peaufiner son mémoire sur les arts de la rue en milieu rural. Séduit par son dynamisme, Alain Schmitz, le directeur artistique, la prend sous son aile pour finalement la désigner comme sa successeure, en septembre 2014. Aujourd’hui, la jeune femme de 26 ans se retrouve avec les clés de la maison, une sacrée vaste demeure, équivalent belge des Chalon et Aurillac français. Elle en a signé la toute prochaine programmation, qui se déroulera les 22 et 23 août, et nous dévoile sa vision.

Invalid Scald ID.

Comptez-vous insuffler un nouveau cap à Chassepierre ?

Je préfère travailler dans la continuité. Le plus important est de préserver l’esprit de Chassepierre, c’est-à-dire un festival qui se fait avec les habitants du village, avec une programmation qui touche tous les publics, aussi bien les spectateurs avertis qui viennent avec des attentes plus pointues que des gens qui viennent à Chassepierre pour la première fois. Bien sûr, au niveau artistique, je n’ai pas à 100 % les mêmes goûts qu’Alain Schmitz et donc, forcément, j’y amènerai ma propre touche. J’ai envie, par exemple, de travailler sur la place du jeune public. Mais, comme Alain Schmitz, je serai attentive à toutes les nouvelles formes qui se développent en arts de la rue : les arts plastiques, la danse, le numérique.

Chassepierre est devenu une énorme machine, avec ses 25.000 spectateurs sur un week-end. En prendre les rênes est une fameuse responsabilité.

On est arrivés à occuper 17 espaces de jeu sur le site et on a sans doute atteint là notre capacité maximale. C’est vrai qu’on a 25.000 spectateurs, parmi lesquels des gens qui viennent de France, du Luxembourg, d’Allemagne. Il y a aussi beaucoup de Flamands, et même un peu d’Anglais. On ne veut pas faire plus sinon ça étoufferait le lieu et les gens ne viendraient plus. Aujourd’hui, on veut surtout fidéliser notre public. Ça marche par génération : les parents emmènent leurs enfants puis ces derniers emmèneront ensuite leurs propres enfants.

Mais, tout ce monde ! Voir un spectacle derrière 600 personnes, n’est-ce pas contradictoire avec l’esprit des arts de la rue, censés jouer de la proximité avec le public ?

Ça fait partie du jeu : c’est le défi de la rue, on voit certains spectacles debout, entre deux têtes et si on est trop loin, on va voir un autre spectacle. C’est la même chose dans toutes les autres manifestations. A Chassepierre, le public a pris l’habitude et s’installe une demi-heure avant le début du spectacle. On a aussi des professionnels qui viennent du monde entier, ce qui permet aux artistes belges – on en a une vingtaine par édition – d’être vus par tous ces programmateurs et de tourner dans d’autres pays ensuite.

Peut-on comparer Chassepierre à Chalon, en France ?

Chassepierre est incomparable parce que c’est un événement très rural. En cela, il est unique. Chalon, par exemple, n’a rien à voir. Oui, il y a du monde, et oui, c’est une référence, mais à la base, ça a été créé pour les professionnels, pas pour le public. Chassepierre, c’est le contraire.

De plus en plus de petits festivals d’arts de la rue éclosent en Belgique. Signe d’un engouement qui va croissant ?

Beaucoup de petits festivals se créent, mais beaucoup disparaissent aussi. Ça se développe parce qu’on peut amener la culture au public sans avoir de grosses structures en dur. Mais attention, ce n’est pas si facile qu’il y paraît. A Chassepierre, la technique ne se voit pas mais ce n’est pas simple pour autant. On a 10 semi-remorques de matériel. Les artistes ont besoin de musique, de lumière. Rien n’est droit et rien n’est plat à Chassepierre, tout est en pente, alors il faut mettre des planchers pour stabiliser les espaces de jeu. Ce n’est pas forcément plus simple que si vous avez un centre culturel avec des techniciens et tout sur place.

www.chassepierre.be

L’huile dans les rouages

On pourrait dire que Chassepierre est l’Avignon des arts de la rue, sauf que, dans l’esprit, c’est tout le contraire. En juillet, c’est bien connu, les Avignonnais fuient leur ville infestée de festivaliers. A Chassepierre, on observe l’inverse. Une semaine avant le week-end fatidique, les habitants du village lavent leurs vitres et polissent leurs façades. Le bourg tout entier se fait une beauté, attendant les spectateurs de pied ferme.

Certains habitants prennent même congé pour rejoindre l’équipe de 200 bénévoles qui aident à faire tourner la machine. « C’est l’huile dans les rouages, estime la nouvelle directrice de Chassepierre, Charlotte Charles-Heep. Certains, comme Benoît, bénévole de longue date, gèrent les artistes dans le village. Il sait mieux que moi où sont les loges. En cas de pépin, il prévient le régisseur ou la sécurité. Et dans l’équipe cuisine, il y en a toujours une qui va trouver la machine à coudre pour raccommoder le pantalon d’un artiste. » A ces rouages logistiques bien huilés, la 42e édition du festival répondra par de beaux engrenages artistiques. Sur le thème « rêves d’été, rouages d’antan », le week-end va rouler des mécaniques. Il y aura du cirque bigrement démocratique (Pol & Freddy), des numéros d’équilibre en roue libre (Rouages), Molière et son médecin volant (Cie L’Art osé), de l’acrobatique musique klezmer (Cirque Platzak) ou un plasticien-arboriste qui fera déborder la forêt, en 3D, dans les rues de Chassepierre (Aurélien Nadeau).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite