Accueil Monde

Mossoul: dans les chars des forces kurdes

La sécurisation des localités reprises à Daesh est complexe. Les djihadistes laissent derrière eux des pièges mortels nichés dans leurs fortifications.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 5 min

C’est une nuit d’un calme étonnant. Une nuit silencieuse sans bombardements aériens et sans le bourdonnement familier des vols de reconnaissance dans un ciel saturé depuis deux ans par les chasseurs de la Coalition internationale. Les troupes kurdes sont en stand-by tout au long de la ligne de front de Khazir, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Mossoul. Il faut pour les rejoindre emprunter la route nationale qui reliait Erbil, siège du gouvernement de la région autonome du Kurdistan irakien, à Mossoul, la deuxième ville d’Irak et « capitale » en suspens d’un Califat en déconfiture. Puis traverser une rivière par un pont militaire en métal. Et enfin s’enfoncer dans la plaine de la Ninive, l’ancien cœur de l’empire assyrien et théâtre d’une fameuse bataille entre les armées byzantines et sassanides.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Salman Rushdie: un symbole poignardé

Le célèbre écrivain d’origine indienne a subi une agression au couteau à New York. Depuis 33 ans, sa dimension littéraire a été occultée par une vision réductrice d’une œuvre ample et généreuse.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs