Accueil Belgique Politique

Le Ceta devient un problème belgo-belge

Après le comité de Concertation, Wallonie, Bruxelles et Fédération refusent toujours la signature du traité. Le Premier ministre a fait passer le message à l’Europe.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Temps de lecture: 6 min

Il n’y a pas eu de miracle. Lundi à 14h30, le Premier ministre Charles Michel (MR) a appelé Donald Tusk, le président du Conseil européen. Celui-ci avait donné à la Belgique jusqu’en fin de journée pour dire si elle acceptait ou pas de signer le traité Ceta négocié entre l’Union européenne et le Canada. Il ne servait à rien d’entretenir le suspense au terme d’un comité de concertation glacial et de pure forme. La Belgique dit non ou plutôt, elle est dans l’incapacité de dire oui.

Tous les participants au comité de concertation racontent la même histoire : il n’y a pas eu de débat. Charles Michel a demandé à chaque exécutif de répondre par oui ou par non à la signature du traité. Les « oui » du fédéral et de la Flandre étaient attendus, les « non » wallon, bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles également. « On se serait cru à un vote de l’Eurovision », note un observateur…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Wiesen Daniel, mardi 25 octobre 2016, 12:40

    Un sommet oui, une signature non ! Que chacun regarde en âme et conscience l'intérêt de chaque citoyen de chaque nation et non l'intérêt de quelques financiers qui s'acharnent à détruire le monde à leur seul et unique profit ! Des personnes croient pouvoir bénéficier d'un quelconque profit octroyé par ces financiers elles sont dans l'erreur de par leur ignorance et de par leur cupidité ! Evitons le désastre tant qu'il en est encore temps ! Gardons les yeux et le coeur ouverts !

  • Posté par Smets Marie-jose, lundi 24 octobre 2016, 21:30

    C'est surtout un problème flamingo-flamand dont le virus se propage - évidemment - jusqu'au fédéral.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs