Accueil Société

Pas d’accord sur un plan national alcool

Au centre des discussions, l’imposition d’un prix minimum pour une dose d’alcool. Mesure qui a la vertu à la fois de dissuader certains acheteurs et de rapporter de l’argent à l’état.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Comme c’était hélas très probable, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont échoué à trouver un accord pour l’adoption d’un nouveau plan d’action national alcool pour en réduire la consommation problématique, très coûteuse socialement.

« Aucun accord n’a pu être atteint sur un paquet de mesures définitif aujourd’hui », a reconnu la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, promettant toutefois que « les discussions vont se poursuivre à court terme pour aboutir à un accord. » On peut en douter : les discussions ont lieu depuis le début de la législature, et elles portent sur des mesures recommandées par les autorités internationales depuis… au moins une dizaine d’années, jusqu’ici sans aucun effet. La question de l’alcool a été encommissionnée il y a un an, mais la montagne vient d’accoucher d’une souris.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs