De quoi le refus wallon du Ceta est-il le nom?

De quoi le refus wallon du Ceta est-il le nom?

On aurait eu envie de la consoler, la jeune Ministre canadienne du Commerce qui ce vendredi à la sortie de l’Elysette pleurait l’échec des négociations avec la Wallonie et l’Europe « alors que le Canada est pourtant si gentil » (sic). Sans lui faire un procès d’intention, il ne faut peut-être pas que ses larmes nous fassent perdre tout sens des réalités.

Le gentil Canada, c’est le même pays qui, il y a 3 ans, choisissait de sortir du Protocole de Kyoto car il voulait développer son activité hyperpolluante de sables bitumeux à l’aise, sans contrainte sur le climat. Certes, c’était du temps de l’archi-conservateur et hyperfroid Stephen Harper qui a été remplacé par le trop sympa Justin Trudeau. Mais notre Ministre sait aussi bien que nous que Stephen Harper peut revenir ou que Trudeau n’est peut-être pas aussi progressiste que ce qu’il en a l’air. Et si en parlant du « gentil Canada  », elle voulait le distinguer du méchant US, elle ne pouvait ignorer que par les accords unissant les deux pays, le Ceta était une porte ouverte pour les USA, un cheval de Troie du TTIP…

Mais plus fondamentalement, si on prend un peu de recul, le message envoyé par l’Olivier wallon (Partis de la majorité plus Écolo qui a déclenché ce processus, avec une société civile élargie à toutes ses mouvances, des syndicats aux environnementalistes, des Mutuelles aux Classes Moyennes) a une portée bien plus vaste que le désarroi canadien et on peut même s’étonner que le reste de la classe politique européenne ne la saisisse pas…

Le logiciel bloqué des élites européennes

Alors que, partout, on voit un fossé qui se creuse toujours plus entre les élites et le « peuple » (Trump, Brexit, le FN, Grillo, voire un parti au discours simpliste comme le PTB chez nous…), alors que certains observateurs avertis comme le Nobel Joseph Stiglitz ou Thomas Piketty ne manquent pas d’imputer ce schisme à une mondialisation mal pensée, mal maîtrisée ou mal communiquée (biffer la mention inutile), alors que le cycle de négociations de l’OMC est à l’arrêt, depuis plus de 10 ans, ce qui n’est quand même pas anodin, les élites européennes semblent choquées du refus de la Wallonie, comme si leur logiciel restait bloqué sur une approche néolibérale de dérégulation que même le FMI commence à remettre en question…

Le projet européen devenu pitoyable farce

Alors que l’UE crève de son manque de démocratie, du lobbying qui contourne ou tue ses projets de régulation, de son impuissance à bloquer Caterpillar ou ING dans leurs projets funestes, le tout réduisant dans l’esprit de beaucoup de nos compatriotes du Continent le si noble rêve européen à une farce pitoyable, les élites européennes continuent leur « business as usual » et ne semblent pas saisir qu’un refus du Ceta (et du TTIP) couplé à une suspension des critères de Maastricht, serait la meilleure manière de recréer du lien avec le peuple européen qui s’enlise dans une profonde indifférence, quand ce n’est pas un très grave repli nationaliste (justifié aussi par la crise des réfugiés, il est vrai).

Alors qu’on nous dit qu’on a atteint un point de non-retour quant au réchauffement climatique, que l’accord de Paris était pourtant un grand succès mais qu’il peine – c’est le moins qu’on puisse dire – à se concrétiser, alors que le commerce ne se fait pas par les voies décarbonées du Saint-Esprit, mais par les voies maritimes et aériennes qui sont hyperémettrices de CO2, on s’étonne que la confiance dans le personnel politique à prendre à bras-le-corps les vrais problèmes comme celui du climat et de faire preuve d’un minimum de cohérence, se soit tout à fait étiolée…

Les larmes de notre amie canadienne, c’est plutôt à l’attention de l’autisme des élites européennes face à ces constats qu’elles devraient être dirigées… Espérons que les Juncker, Tusk et autres Hollande finiront par percevoir l’opportunité que le refus wallon leur offre de construire une économie autrement, qui soit juste et durable au profit de tous… En attendant, permettons-le nous : nos estans fir d’esse wallons !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Image=d-20011102-WJ6ALL_high[1]

    Par Catherine Fallon (professeur de sciences politiques à l’Université de Liège)

    Cartes blanches

    «Sainte Bretécher, Prions pour moi…»

  • RTX31PQN

    Par Un collectif de signataires*

    Cartes blanches

    «Syrie: il faut sauver les civils d’Idlib»

  • RTS2YKG5

    Par Dr Bernard Leloup, politologue, professeur de relations internationales

    Cartes blanches

    «Le goût amer des cocktails cubains»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite