Accueil Opinions Éditos

Un délestage… de responsabilité politique

La ministre de l’Energie ne croit pas au risque de délestage. Doit-on pour autant être rassuré ? Non… L’édito de François Mathieu.

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef adjoint et chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

Le risque de pénurie d’électricité durant cet hiver serait donc « extrêmement limité ». Dormez en paix, la ministre de l’Energie nous l’assure : le risque de délestage, elle n’y croit pas. Doit-on pour autant être rassuré ? Non. Soyons de bon compte : la baisse attendue de la production en raison de la fermeture de centrales au gaz et d’un approvisionnement un brin réduit de la part des Français, eux aussi confrontés à un risque de pénurie, est compensée par la production de Doel 4, qui avait été sabotée l’an dernier, et par l’augmentation de la réserve stratégique.

► Lire notre article : Délestage : le risque de pénurie demeure, c’est la com’ qui change (abonnés)

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs