Accueil Économie

Comment Charles Michel fait le forcing en Chine pour attirer les investisseurs

Le Premier ministre Charles Michel tente d’attirer les investisseurs vers la Belgique mais les arguments fiscaux invoqués ne manquent pas de piquant.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Chef du service Politique Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre et ses équipes font le forcing en Chine pour attirer les investisseurs vers la Belgique. A ce titre, les arguments fiscaux invoqués ne manquent pas de piquant. «Nous ne taxons pas les plus-values », a indiqué la représentante du ministère des Finances devant un panel de chefs d’entreprises chinois représentants 50% de la valeur boursière chinoise.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs